top of page

Des études sur la méthode

Recherche Brevetabilité

Voilà quelques études scientifiques sur la méthode :

  •   Plasticité à court terme du traitement neuro-auditif induite par  une stimulation musicale produite par l'écoute Tomatis :

Voici  'extrait 

Bien qu'il existe des preuves solides des effets positifs de la formation musicale sur la perception et le traitement auditifs, ainsi que sur la neuroplasticité induite par la formation, il existe encore peu de connaissances sur la plasticité auditive et neurophysiologique à court terme par le biais de la formation à l'écoute. Dans un échantillon de 37 adolescents (20 musiciens et 17 non-musiciens), comparé à un groupe de contrôle apparié pour l'âge, le sexe et l'expérience musicale, nous avons mené un entraînement à l'écoute active de deux semaines (en utilisant la stimulation de l'écoute avec l'oreille électronique selon Tomatis) (AULOS : Active IndividUalized Listening OptimizationS). À l'aide de la magnétoencéphalographie et de tests psychoacoustiques, la plasticité à court terme des champs évoqués auditifs et les compétences auditives ont été examinées dans un plan pré-post, adapté aux profils neuro-auditifs individuels. Nous avons constaté des changements plastiques bilatéraux, mais plus prononcés dans le cortex auditif droit. De plus, nous avons observé une synchronisation des réponses auditives évoquées P1, N1 et P2 et des amplitudes trois fois plus grandes de la réponse P2 tardive, similaires aux effets rapportés de l'entraînement musical à long terme. Les compétences et les seuils auditifs ont largement bénéficié de l'entraînement AULOS. Il est remarquable de constater qu'après l'entraînement, les seuils moyens se sont améliorés de 12 dB pour la conduction osseuse et de 3-4 dB pour la conduction aérienne. Ainsi, nos résultats indiquent une forte influence positive de l'entraînement à l'écoute active sur le traitement auditif neuronal et la perception à l'adolescence, lorsque le système auditif est encore en développement.

 

  • Méta-Analyse: Cherchant à évaluer la crédibilité scientifique de l‘efficacité cliniquement déclarée de la technique de stimulation sonore de Tomatis, Gilmore (1999) a mené une méta-analyse portant sur cinq études des années 1980 au Canada et en Angleterre, dans lesquelles la méthode développée par Alfred Tomatis a été utilisée.

  • Trouble du déficit d’attention: Sacarin (2013) a effectué une recherche sur 25 enfants âgés de 7 à 13 ans ayant un diagnostic de trouble du déficit d’attention. Son but était d’explorer les effets de la première phase du programme d’entraînement de l’écoute de la méthode Tomatis en comparaison avec un groupe contrôle d’enfants médiqués ne bénéficiant pas de l’entraînement.

  • Troubles des apprentissages: Rourke et Russell (1982) ont fait une étude à l’Universtié de Windsor en Ontario sur 25 enfants âgés de 9 à 16 ans et présentant des difficultés d’apprentissage.

  • Troubles du langage: Une étude a été menée en 1982 par Wilson, Iacoviello, Metlay, Risucci, Rosati et Palmaccio (tel que cité dans Gilmor, 1999) à la North Shore University Hospital au Canada. Cette étude était composée de 26 enfants d’âge préscolaire entre 42 à 69 mois présentant des troubles du langage ainsi qu’un groupe contrôle.

  • Dyslexie: Mould (1985) a mené une étude sur 92 garçons d’une résidence dans l’école publique en Angleterre, âgés de 10-15 ans diagnostiqués comme étant sévèrement dyslexiques, qui présentait des déficits importants en lecture.

  • Autisme: Joan Naysmith-Roy (2001) a mené une étude avec six garçons, âgés de 4-11 ans, diagnostiqués comme autistes sévères. En 2008, une étude menée par Corbett, Shickman, et Ferrer (2008) portait sur 11 enfants âgés de 3-7 ans, diagnostiqués comme ayant un trouble autistique. La même année, Gerritsen (2008) a ré-analysé les données de l’étude menée par Corbett, Shickman, et Ferrer (2008). Il a revisé la signification des conclusions de ces auteurs en étudiant les cas de façon individuelle.

  • Troubles du traitement auditif: Ross-Swain (2007) a étudié les effets de la méthode Tomatis sur les enfants et les jeunes adultes ayant des déficits dans la parole et le langage que l’auteur diagnostique comme ayant un trouble de traitement auditif (APD).

  • Musiciens: du Plessis, Burger, Munro, Wissing, et Nel (2001) ont étudié les effets du programme d’entraînement de l’écoute de Tomatis sur 28 jeunes musiciens dans un projet pilote dans 2 universités d’Afrique du Sud.

  • Troubles  psychomoteurs et des troubles neurologiques: Vervoort, De et Van (2007) ont fait une recherche portant sur l’efficacité du programme d’entraînement de l’écoute par la méthode Tomatis à l’aide de mesures neurophysiologiques chez 4 enfants  de 2 à 7 ans atteints de graves troubles du développement et de retards globaux dans le langage, la communication, et le fonctionnement psychomoteur.

  • Développement des enfants prématurés : Une étude récente de Picciollini et al. (2014) a investigué l’effet de l’exposition à la voix maternelle par conduction osseuse par la méthode Tomatis sur le développement autonome et neurocomportemental de 71 enfants prématurés à l’âge de 3 et 6 mois.

  • Acouphènes: Une étude de Stillitano, C. et al. en 2014 a pour but de déterminer l’efficacité de la méthode Tomatis chez les patients souffrant d’acouphènes.

  • En suisse, une étude de Schiftan et al (2012) cherche a évaluer si l’Audio-Psycho-Phonologie selon A. Tomatis remplit les critères d’efficacité, d’adéquation et d’économicité.

bottom of page